mmepastel:

Choc en voyant les peintures de Hope Gangloff. Cette artiste new-yorkaise a accroché mon œil des que j’ai vu une de ses œuvres chez livreclem.tumblr.com . Un mélange entre les corps dégingandés et les chairs bleues d’Egon Schiele, le traitement des couleurs et motifs de Gustav Klimt, bref, un univers décadent très fin de siècle et une ultra moderne solitude dans les sujets : jeunes hipsters impavides, omniprésence des téléphones mobiles, des bières et magazines. Les “vieux jeunes” représentés semblent alanguis, comme en fin de soirées arrosées, pas très frais, mélancoliques, perdus dans des festivités peu joyeuses, gagnés par un vide que ne comblent ni les moyens de communication pourtant faciles, ni les divers psychotropes ingurgités. Au-delà de la justesse du portrait d’une génération que je connais bien, j’admire le talent de la peintre, sa façon de croiser couleurs criardes et regards éteints, de faire envahir le cadre par ces corps déployés, comme encombrés d’eux-mêmes. Malgré les couleurs, une peinture sombre, et très profonde à mon avis.
http://www.hopegangloff.com/drawings.html
Zoom Info
mmepastel:

Choc en voyant les peintures de Hope Gangloff. Cette artiste new-yorkaise a accroché mon œil des que j’ai vu une de ses œuvres chez livreclem.tumblr.com . Un mélange entre les corps dégingandés et les chairs bleues d’Egon Schiele, le traitement des couleurs et motifs de Gustav Klimt, bref, un univers décadent très fin de siècle et une ultra moderne solitude dans les sujets : jeunes hipsters impavides, omniprésence des téléphones mobiles, des bières et magazines. Les “vieux jeunes” représentés semblent alanguis, comme en fin de soirées arrosées, pas très frais, mélancoliques, perdus dans des festivités peu joyeuses, gagnés par un vide que ne comblent ni les moyens de communication pourtant faciles, ni les divers psychotropes ingurgités. Au-delà de la justesse du portrait d’une génération que je connais bien, j’admire le talent de la peintre, sa façon de croiser couleurs criardes et regards éteints, de faire envahir le cadre par ces corps déployés, comme encombrés d’eux-mêmes. Malgré les couleurs, une peinture sombre, et très profonde à mon avis.
http://www.hopegangloff.com/drawings.html
Zoom Info
mmepastel:

Choc en voyant les peintures de Hope Gangloff. Cette artiste new-yorkaise a accroché mon œil des que j’ai vu une de ses œuvres chez livreclem.tumblr.com . Un mélange entre les corps dégingandés et les chairs bleues d’Egon Schiele, le traitement des couleurs et motifs de Gustav Klimt, bref, un univers décadent très fin de siècle et une ultra moderne solitude dans les sujets : jeunes hipsters impavides, omniprésence des téléphones mobiles, des bières et magazines. Les “vieux jeunes” représentés semblent alanguis, comme en fin de soirées arrosées, pas très frais, mélancoliques, perdus dans des festivités peu joyeuses, gagnés par un vide que ne comblent ni les moyens de communication pourtant faciles, ni les divers psychotropes ingurgités. Au-delà de la justesse du portrait d’une génération que je connais bien, j’admire le talent de la peintre, sa façon de croiser couleurs criardes et regards éteints, de faire envahir le cadre par ces corps déployés, comme encombrés d’eux-mêmes. Malgré les couleurs, une peinture sombre, et très profonde à mon avis.
http://www.hopegangloff.com/drawings.html
Zoom Info
mmepastel:

Choc en voyant les peintures de Hope Gangloff. Cette artiste new-yorkaise a accroché mon œil des que j’ai vu une de ses œuvres chez livreclem.tumblr.com . Un mélange entre les corps dégingandés et les chairs bleues d’Egon Schiele, le traitement des couleurs et motifs de Gustav Klimt, bref, un univers décadent très fin de siècle et une ultra moderne solitude dans les sujets : jeunes hipsters impavides, omniprésence des téléphones mobiles, des bières et magazines. Les “vieux jeunes” représentés semblent alanguis, comme en fin de soirées arrosées, pas très frais, mélancoliques, perdus dans des festivités peu joyeuses, gagnés par un vide que ne comblent ni les moyens de communication pourtant faciles, ni les divers psychotropes ingurgités. Au-delà de la justesse du portrait d’une génération que je connais bien, j’admire le talent de la peintre, sa façon de croiser couleurs criardes et regards éteints, de faire envahir le cadre par ces corps déployés, comme encombrés d’eux-mêmes. Malgré les couleurs, une peinture sombre, et très profonde à mon avis.
http://www.hopegangloff.com/drawings.html
Zoom Info
mmepastel:

Choc en voyant les peintures de Hope Gangloff. Cette artiste new-yorkaise a accroché mon œil des que j’ai vu une de ses œuvres chez livreclem.tumblr.com . Un mélange entre les corps dégingandés et les chairs bleues d’Egon Schiele, le traitement des couleurs et motifs de Gustav Klimt, bref, un univers décadent très fin de siècle et une ultra moderne solitude dans les sujets : jeunes hipsters impavides, omniprésence des téléphones mobiles, des bières et magazines. Les “vieux jeunes” représentés semblent alanguis, comme en fin de soirées arrosées, pas très frais, mélancoliques, perdus dans des festivités peu joyeuses, gagnés par un vide que ne comblent ni les moyens de communication pourtant faciles, ni les divers psychotropes ingurgités. Au-delà de la justesse du portrait d’une génération que je connais bien, j’admire le talent de la peintre, sa façon de croiser couleurs criardes et regards éteints, de faire envahir le cadre par ces corps déployés, comme encombrés d’eux-mêmes. Malgré les couleurs, une peinture sombre, et très profonde à mon avis.
http://www.hopegangloff.com/drawings.html
Zoom Info
mmepastel:

Choc en voyant les peintures de Hope Gangloff. Cette artiste new-yorkaise a accroché mon œil des que j’ai vu une de ses œuvres chez livreclem.tumblr.com . Un mélange entre les corps dégingandés et les chairs bleues d’Egon Schiele, le traitement des couleurs et motifs de Gustav Klimt, bref, un univers décadent très fin de siècle et une ultra moderne solitude dans les sujets : jeunes hipsters impavides, omniprésence des téléphones mobiles, des bières et magazines. Les “vieux jeunes” représentés semblent alanguis, comme en fin de soirées arrosées, pas très frais, mélancoliques, perdus dans des festivités peu joyeuses, gagnés par un vide que ne comblent ni les moyens de communication pourtant faciles, ni les divers psychotropes ingurgités. Au-delà de la justesse du portrait d’une génération que je connais bien, j’admire le talent de la peintre, sa façon de croiser couleurs criardes et regards éteints, de faire envahir le cadre par ces corps déployés, comme encombrés d’eux-mêmes. Malgré les couleurs, une peinture sombre, et très profonde à mon avis.
http://www.hopegangloff.com/drawings.html
Zoom Info
mmepastel:

Choc en voyant les peintures de Hope Gangloff. Cette artiste new-yorkaise a accroché mon œil des que j’ai vu une de ses œuvres chez livreclem.tumblr.com . Un mélange entre les corps dégingandés et les chairs bleues d’Egon Schiele, le traitement des couleurs et motifs de Gustav Klimt, bref, un univers décadent très fin de siècle et une ultra moderne solitude dans les sujets : jeunes hipsters impavides, omniprésence des téléphones mobiles, des bières et magazines. Les “vieux jeunes” représentés semblent alanguis, comme en fin de soirées arrosées, pas très frais, mélancoliques, perdus dans des festivités peu joyeuses, gagnés par un vide que ne comblent ni les moyens de communication pourtant faciles, ni les divers psychotropes ingurgités. Au-delà de la justesse du portrait d’une génération que je connais bien, j’admire le talent de la peintre, sa façon de croiser couleurs criardes et regards éteints, de faire envahir le cadre par ces corps déployés, comme encombrés d’eux-mêmes. Malgré les couleurs, une peinture sombre, et très profonde à mon avis.
http://www.hopegangloff.com/drawings.html
Zoom Info
mmepastel:

Choc en voyant les peintures de Hope Gangloff. Cette artiste new-yorkaise a accroché mon œil des que j’ai vu une de ses œuvres chez livreclem.tumblr.com . Un mélange entre les corps dégingandés et les chairs bleues d’Egon Schiele, le traitement des couleurs et motifs de Gustav Klimt, bref, un univers décadent très fin de siècle et une ultra moderne solitude dans les sujets : jeunes hipsters impavides, omniprésence des téléphones mobiles, des bières et magazines. Les “vieux jeunes” représentés semblent alanguis, comme en fin de soirées arrosées, pas très frais, mélancoliques, perdus dans des festivités peu joyeuses, gagnés par un vide que ne comblent ni les moyens de communication pourtant faciles, ni les divers psychotropes ingurgités. Au-delà de la justesse du portrait d’une génération que je connais bien, j’admire le talent de la peintre, sa façon de croiser couleurs criardes et regards éteints, de faire envahir le cadre par ces corps déployés, comme encombrés d’eux-mêmes. Malgré les couleurs, une peinture sombre, et très profonde à mon avis.
http://www.hopegangloff.com/drawings.html
Zoom Info
mmepastel:

Choc en voyant les peintures de Hope Gangloff. Cette artiste new-yorkaise a accroché mon œil des que j’ai vu une de ses œuvres chez livreclem.tumblr.com . Un mélange entre les corps dégingandés et les chairs bleues d’Egon Schiele, le traitement des couleurs et motifs de Gustav Klimt, bref, un univers décadent très fin de siècle et une ultra moderne solitude dans les sujets : jeunes hipsters impavides, omniprésence des téléphones mobiles, des bières et magazines. Les “vieux jeunes” représentés semblent alanguis, comme en fin de soirées arrosées, pas très frais, mélancoliques, perdus dans des festivités peu joyeuses, gagnés par un vide que ne comblent ni les moyens de communication pourtant faciles, ni les divers psychotropes ingurgités. Au-delà de la justesse du portrait d’une génération que je connais bien, j’admire le talent de la peintre, sa façon de croiser couleurs criardes et regards éteints, de faire envahir le cadre par ces corps déployés, comme encombrés d’eux-mêmes. Malgré les couleurs, une peinture sombre, et très profonde à mon avis.
http://www.hopegangloff.com/drawings.html
Zoom Info
mmepastel:

Choc en voyant les peintures de Hope Gangloff. Cette artiste new-yorkaise a accroché mon œil des que j’ai vu une de ses œuvres chez livreclem.tumblr.com . Un mélange entre les corps dégingandés et les chairs bleues d’Egon Schiele, le traitement des couleurs et motifs de Gustav Klimt, bref, un univers décadent très fin de siècle et une ultra moderne solitude dans les sujets : jeunes hipsters impavides, omniprésence des téléphones mobiles, des bières et magazines. Les “vieux jeunes” représentés semblent alanguis, comme en fin de soirées arrosées, pas très frais, mélancoliques, perdus dans des festivités peu joyeuses, gagnés par un vide que ne comblent ni les moyens de communication pourtant faciles, ni les divers psychotropes ingurgités. Au-delà de la justesse du portrait d’une génération que je connais bien, j’admire le talent de la peintre, sa façon de croiser couleurs criardes et regards éteints, de faire envahir le cadre par ces corps déployés, comme encombrés d’eux-mêmes. Malgré les couleurs, une peinture sombre, et très profonde à mon avis.
http://www.hopegangloff.com/drawings.html
Zoom Info

mmepastel:

Choc en voyant les peintures de Hope Gangloff. Cette artiste new-yorkaise a accroché mon œil des que j’ai vu une de ses œuvres chez livreclem.tumblr.com . Un mélange entre les corps dégingandés et les chairs bleues d’Egon Schiele, le traitement des couleurs et motifs de Gustav Klimt, bref, un univers décadent très fin de siècle et une ultra moderne solitude dans les sujets : jeunes hipsters impavides, omniprésence des téléphones mobiles, des bières et magazines. Les “vieux jeunes” représentés semblent alanguis, comme en fin de soirées arrosées, pas très frais, mélancoliques, perdus dans des festivités peu joyeuses, gagnés par un vide que ne comblent ni les moyens de communication pourtant faciles, ni les divers psychotropes ingurgités. Au-delà de la justesse du portrait d’une génération que je connais bien, j’admire le talent de la peintre, sa façon de croiser couleurs criardes et regards éteints, de faire envahir le cadre par ces corps déployés, comme encombrés d’eux-mêmes. Malgré les couleurs, une peinture sombre, et très profonde à mon avis.

http://www.hopegangloff.com/drawings.html

melodyhansen:

"It’s time that we all perceive gender on a spectrum instead of two sets of opposing ideals."

Emma Watson’s speech at the UN for gender equality is what you should listen to right now. Beautiful, moving words.

heforshe.org